Animal & Fiction

précédent

Les Métamorphoses d'Ovide

Andromède exposée au monstre
Les métamorphoses... / Ovi... Afficher la suite de la légende

Andromède exposée au monstre
Les métamorphoses... / Ovide. – Liège : Jean-François Broncart, 1708 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien, 70485)

Naissance du cheval Pégase
Les métamorphoses... / Ovide. – Liège : Jean-François Broncart, 1708 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien, 70485)

La Toison d’Or
Les métamorphoses... / Ovide. – Liège : Jean-François Broncart, 1708 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien, 70485)

L’Ecume de Cerbère changée en Aconit
Les métamorphoses... / Ovide. – Liège : Jean-François Broncart, 1708 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien, 70485)

Protée changé en diverses formes
Les métamorphoses... / Ovide. – Liège : Jean-François Broncart, 1708 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien, 70485)

Cyllare et Hillonome
Les métamorphoses... / Ovide. – Liège : Jean-François Broncart, 1708 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien, 70485)

Apollon ayant terrassé Python
Metamorphoseon libri XV… / Ovide. - Venise : J. Gryphe, 1565 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien, XVIg 1646)

Pan, Midas et Apollon
Metamorphoseon libri XV… / Ovide. - Venise : J. Gryphe, 1565 (Poitiers, Bibliothèque universitaire, Fonds ancien, XVIg 1646)

Parcours standardParcours jeunes
Parcours jeunes

C’est durant l’Antiquité que le poète Ovide nous livre ce long poème d’environ 12 000 vers, composé de plus de 250 légendes et divisé en 15 livres. Il nous offre un large panorama de l’imaginaire mythologique antique, gouverné par les dieux de l’Olympe, dans lequel évoluent héros, demi-dieux, et où les êtres humains et les animaux réels côtoient toutes sortes d’êtres étranges. Ces derniers sont nés de l’imagination des hommes et leurs légendes sont développées dans l’œuvre.

La métamorphose, fil conducteur du récit et thème même de l’œuvre, est un pouvoir propre aux dieux, dont ils usent à loisir pour punir ceux qui les ont offensés, ou au contraire, sauver du danger ceux qui leur sont chers ou encore pour apaiser leur chagrin. Ce panel de phénomènes fabuleux déploie un corpus large et varié de changements de formes humaines, de manière partielle ou totale, définitive ou temporelle, en minéraux, végétaux, en astres, et, dominant par leur nombre, en animaux et autres créatures fantastiques. Certaines ne résultaient pas de ces métamorphoses, mais existaient déjà dans ce monde imaginaire et leur origine n’est pas toujours évoquée par l’auteur. Ces êtres fantastiques pouvaient servir de renforts ou d’adversaires aux héros. Ils jouent donc un rôle capital dans le récit, au même titre que les hommes et les dieux.

Tout au long de l’œuvre, le lecteur rencontre une multitude d’êtres étranges, qu’il s’agisse d’hybrides, résultant de toutes sortes de croisements d’espèces, comme les centaures, les sirènes, les faunes, le Minotaure, ou de créatures pleinement monstrueuses, dont l’aspect effrayant et l’attitude belliqueuse constituent souvent un obstacle majeur aux péripéties des héros. Echidna, par exemple, créature mi-femme, mi-serpent, donna naissance à l’Hydre de Lerne, au chien Cerbère, au serpent Python ou encore à la Chimère. D’autres monstres encore peuplent ces légendes, telle la nymphe Scylla, métamorphosée en monstre marin par Circée, ou les créatures reptiliennes qu’eurent à affronter Thésée et Persée.

Enfin, ces fables sont également remplies d’êtres à l’aspect bien plus plaisant, tels que Pégase, cheval ailé né du sang de Méduse. Ovide oppose ainsi, par leur aspect physique, des êtres incarnant le Bien ou le Mal.

C’est donc un très vaste répertoire d’animaux et de créatures fantastiques qui est évoqué dans les Métamorphoses. On les rencontre ensuite de manière récurrente dans la littérature et les arts, en tant qu’éléments de décors ou bien investis d’une charge symbolique ou idéologique participant de la transmission d’un message.

Les Métamorphoses d’Ovide feront l’objet de nombreuses illustrations. Celles-ci contribuent ainsi à la diffusion en images de cet univers qui constitue une véritable échappée vers un monde fantastique. Les êtres fabuleux qui le peuplent seront représentés selon toutes sortes de variantes et de déclinaisons qui nourriront l’imaginaire des hommes et participeront au processus créatif au fil des siècles.

C’est durant l’Antiquité que le poète grec Ovide écrit ce long poème d’environ 12 000 vers (250 légendes) ! Il offre un large panorama de l’imaginaire mythologique antique, gouverné par les dieux de l’Olympe. Héros, demi-dieux, êtres humains et animaux réels côtoient toutes sortes d’êtres étranges nés de l’imagination des hommes. Leurs légendes sont développées dans ce long poème.

La métamorphose*, thème central et fil conducteur du récit, est un pouvoir propre aux dieux, qu’ils utilisent pour punir ceux qui les ont offensés, ou au contraire, pour sauver du danger ceux qui leur sont chers ou apaiser leur chagrin. Ces nombreux phénomènes fabuleux déploient une variété de changements de formes humaines, le plus souvent en formes d’animaux et autres créatures fantastiques. Ces êtres fantastiques alliés ou ennemis des héros jouent un rôle capital dans le récit, au même titre que les hommes et les dieux.

Tout au long de l’œuvre, le lecteur rencontre une multitude d’êtres étranges, qu’il s’agisse d’hybrides*, résultant de toutes sortes de croisements d’espèces, comme les centaures, les sirènes, les faunes, le Minotaure, ou de créatures pleinement monstrueuses, dont l’aspect effrayant et l’attitude guerrière s’opposent aux péripéties des héros. Echidna, par exemple, créature mi-femme, mi-serpent, donna naissance à l’Hydre de Lerne, au chien Cerbère, au serpent Python ou encore à la Chimère. D’autres monstres encore peuplent ces légendes, telle la nymphe Scylla, métamorphosée en monstre marin par Circée.

Mais ces fables sont également remplies d’êtres à l’aspect bien plus plaisant, tels que Pégase, cheval ailé né du sang de Méduse. Le poète Ovide oppose ainsi, par leur aspect physique, des êtres incarnant le Bien ou le Mal.

Un très vaste répertoire d’animaux et de créatures fantastiques est évoqué dans les Métamorphoses. Ces êtres se rencontrent ensuite dans la littérature, en peinture et en sculpture en éléments de décor. De manière symbolique ils participent à la transmission d’un message.


*Métamorphose : transformation
*Hybride : être mi-homme mi-animal ou ayant des caractéristiques de plusieurs animaux différents

Damaly Hun

Bibliographie :

Texte

Ovide, Les Métamorphoses, éd. Jean-Pierre Néraudau, Folio classique, 1992
 
Études
 
Frécaut (Jean-Marc), Porte (Danielle) Journées ovidiennes de Parménie : actes du colloque sur Ovide : 24-26 juin 1983, Bruxelles, Latomus, 1985
 
Vial (Hélène), La Métamorphose dans les Métamorphoses d’Ovide : étude sur l’art de la variation, Paris, Les Belles Lettres, 2010
 
Vial (Hélène), La sauvagerie domestiquée : l’écriture de la métamorphose animale chez Ovide, dans Schedae, 2009, Prépublication n°9, fascicule n°1, p. 143-154
http://www.unicaen.fr/puc/ecrire/preprints/preprint0092009.pdf (consulté le 4/01/12)